SEO addict ! Vous êtes sûr ?

Toute personne travaillant de près ou de loin dans l’univers de Web a forcément déjà entendu parler de référencement naturel (SEO) : vous savez, ce levier magique qui permet de générer des visites gratuites sur votre site via les moteurs de recherche. Une promesse qui intéresse « naturellement » (sans jeu de mot… quoique) beaucoup de monde, là où cela se complique c’est que vous risquez d’être nombreux à vouloir la même chose, à savoir être bien positionné sur un maximum de mots clés qualifiés. Vous êtes dans cette situation ? Gare à vous, la maladie vous guette !

Mieux vaut prévenir que guérir :

SEO addictLorsqu’une entreprise réfléchit à la construction ou à la refonte de son site Web, le raisonnement est souvent le même : « D’abord le site, on verra le reste ensuite ! ». Un raisonnement qui globalement repose sur des questions d’ordre fonctionnel et esthétique. Puis, peu avant et suite au lancement du site, l’entreprise s’active pour le remplir et le faire vivre avec du contenu texte, des images, des vidéos, des fiches produits…

Au bout de quelques semaines, de quelques mois, voire parfois de quelques années, l’entreprise s’aperçoit que malgré toute l’énergie qu’elle lui consacre, son site n’est que peu visible dans les pages de résultats. C’est alors qu’elle s’intéresse plus en profondeur à ce fameux référencement naturel et c’est souvent à ce moment précis que le référenceur est chargé de la délicate mission d’annoncer à l’entreprise que son positionnement n’est pas le bon, qu’elle doit revoir la structure et l’organisation du site, qu’elle doit reprendre les fiches produits une à une, que les techniques SEO qu’elle a utilisées sont dangereuses (sur-optimisation, mauvais netlinking, pages satellites…), que son site manque de contenu ou qu’il est rempli de duplicate content, etc…Arraigné référencement

Ces annonces chocs laissent souvent l’entreprise totalement abasourdie, pourtant si elle s’était intéressée à son référencement dès le départ (lorsqu’elle réfléchissait à la création ou à la refonte de son site), les choses auraient certainement été beaucoup plus simples et l’entreprise et son site auraient pu charmer les araignées des moteurs de recherche au premier regard !

Suivez les instructions à la lettre, mais pas trop :

Lorsque l’entreprise prend conscience de l’importance que représente son référencement naturel, il arrive qu’elle devienne SEO addict. Fort heureusement, les symptômes sont facilement détectables via les questions que posent à tout-va et en toutes circonstances les malades prédisposés : « Ceci aura-t-il un impact sur mon référencement naturel ? », ou encore « C’est important pour mon SEO ? ».

Pour les prémunir de cette addiction, il faut alors leur faire comprendre que l’ensemble du site et de son écosystème influe sur son référencement naturel. Autrement dit, que toutes les actions qu’ils réalisent au sein du site ou ayant un rapport plus ou moins direct avec celui-ci auront un impact sur son référencement. Les répercussions SEO de ces actions peuvent alors être positives ou négatives, importantes ou insignifiantes : n’oublions pas que le référencement évolue en permanence et que ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera peut-être plus demain ! Pour s’assurer un référencement de qualité, il faut donc l’appréhender d’une manière vaste et globale en évitant les abus (au risque de finir chez les spammeurs-anonymes à jouer dans le mythique bac à sable 😉 ).

Etes-vous SEO addict ?

Sachant maintenant que tout ce qu’ils font sur le Web est susceptible d’impacter leur SEO, beaucoup commencent à divaguer un peu partout sur la toile avec pour unique obsession de multiplier les actions dans le but de travailler leur référencement (rédaction de contenus, partenariats, netlinking…) : aucun doute possible, ceux-là sont SEO addict !

seo addict Docteur référencementPour se soigner, ils doivent maintenant assimiler que tout est SEO, mais que le SEO n’est pas tout ! Autrement dit, si l’entreprise doit toujours garder à l’esprit que tout ce qu’elle fait sur la toile aura très probablement un impact sur son référencement naturel, ce n’est pas pour autant qu’elle doit tout faire au nom de ce dernier. Prenons l’exemple d’une entreprise mettant en place une stratégie de content marketing : vaut-il mieux qu’elle rédige des articles indigestes qui ne seront lus par personne (si ce n’est les spiders des moteurs de recherche), mais qui comportent des mots clés importants pour le SEO ? Ou alors est-il préférable qu’elle rédige des textes de qualité possiblement moins optimisés pour le SEO, mais qui seront lus et partagés par les internautes ? La réponse semble évidente, d’autant qu’au-delà de travailler son référencement, ce travail permettra aussi et surtout à l’entreprise de travailler son image, sa notoriété, sa e-réputation, de générer du trafic, de fidéliser… Quitte à faire du référencement autant joindre l’utile à l’agréable 😎 !

Vers la voie de la guérison :

Si cet article vous a fait prendre conscience de votre maladie, rassurez-vous : il est fort légitime de vouloir le meilleur pour votre site et pour son référencement. Si vous avez maintenant saisi que votre référencement doit être intégré au sein d’une stratégie de webmarketing globale et que chaque levier doit être considéré et utilisé à sa juste valeur (et non pas uniquement comme un moyen d’optimiser votre SEO), alors vous voilà sur la voie de la guérison 😀 ! Enfin, rappelons que le référencement naturel ne reste qu’un levier de visibilité parmi d’autres




[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Commentaires Google+

Un commentaire

  1. […] Chaque personne travaillant son référencement naturel s'expose au mystérieux syndrome de la "SEO'bsession". Mais comment diagnostiquer cette maladie, s'en prémunir et se soigner ?  […]

You must be logged in to post a comment.